IMG_8627-min - Copie

Gabrielle Manglou, 2024

Exposition hors-les-murs

Le temps s’ouvre (an digor amzer)

Gabrielle Manglou

école élémentaire Jean Moulin


Depuis janvier 2024, Gabrielle Manglou est en résidence à l’école élémentaire Jean Moulin où elle mène le projet « Les Merveilles » avec quatre classes de CP-CE1. Ce projet s’inscrit dans le cadre du cycle artistique « Festina Lente (hâte-toi lentement) » de La Criée et la démarche « école dehors » menée par les enseignantes, orientée vers un apprentissage dans et avec la nature.

Gabrielle Manglou a proposé aux élèves d’expérimenter une approche sensible de leur environnement. Le projet Les Merveilles est de considérer l’altérité en tant que qualité de ce qui est autre, chez les humains et les non-humains (monde végétal, animal, minéral, cosmique), « comme une communion, une surface réfléchissante qui nous conduirait à considérer l’écologie non plus uniquement comme une science ou une formule politique mais comme une prose interne du monde, un dialogue incessant, une inséparabilité de toutes choses et de tous êtres, une convivialité nécessaire avec et par le vivant ».
Au cours de sa résidence, Gabrielle Manglou a proposé plusieurs protocoles d’actions aux élèves : observer et dessiner la nature, capter des arcs-en-ciel avec des miroirs, mélanger des couleurs, écouter sonnailles, bols tibétains et guimbardes puis créer des plages sonores avec le musicien Fabrice Laureau, écrire des poèmes, imaginer des talismans ou des offrandes en guise de remerciement, etc. Les séances se sont définies autour d’étapes d’observation, en partant du cosmos pour descendre progressivement vers la terre et en dessous. Les ateliers ont ainsi permis aux élèves d’arpenter les squares de Villejean et le parc de Beauregard, de collecter des informations scientifiques, de recueillir des procédés artisanaux, de sélectionner des documents et des images d’archives, d’enregistrer des sons, de tester des surfaces réfléchissantes, etc.
Pour restituer les expériences traversées avec les élèves et lors des ateliers périscolaires, Gabrielle Manglou présente Le temps s’ouvre (An digor amzer) le jeudi 16 mai à l’école élémentaire Jean Moulin et Les enfants-paysages du 21 au 28 mai à la Maison de quartier Villejean.

« Je privilégie le geste modeste et l’association de matériaux simples (étant en contact avec de jeunes enfants en tout début d’apprentissage). Ces gestes sont canalisés de telle sorte qu’ils préservent la singularité de chacun au sein d’un chœur au diapason d’une expérience commune. Il est aussi question d’une temporalité respectueuse de l’état de curiosité et de « communion » face à la nature qui nous attrape autant par le détail que par son immensité. Ce qui est fabriqué par les enfants et par moi-même tend à honorer la fragilité encore magique des enfants, cette poésie de l’adresse qui se cherche. »

Au-delà de cette fragilité apparente, les productions des élèves, mêlées à celles de Gabrielle Manglou font écho à la notion « d’objets forts » exprimée par l’artiste et autrice Marie Preston : « l’agentivité (intentionnalité agissante) des objets créés dans le cadre d’expériences de co-création ou pédagogiques comme celles des objets forts, provient des relations sociales qui leur donnent sens1 ». Ces objets deviennent magiques, ou symboliques, car ils sont issus d’un imaginaire partagé.
Sous l’impulsion de Gabrielle Manglou et à travers le faire ensemble, chaque élève a pu exprimer ainsi sa représentation du monde, la partager et l’associer à d’autres.

1.  Marie Preston, Inventer l’école, penser la co-création, Tombolo Presses et CAC Brétigny, 2021.



PhotogrammeBonbons_web

Résidence de création et de transmission

Les Merveilles

Gabrielle Manglou

janvier - mai 2024

IMG_8623-min

Exposition hors-les-murs

Les enfants-paysages

Gabrielle Manglou

du 21 mai au 28 mai 2024