Ugo Rondinone

né en 1964 à Brunnen, Suisse
vit et travaille à New York, État-Unis


rondinone_01_gd-2

Ugo Rondinone, A Spider. A Spider Is Running Across My Heart And Then Another. Spiders Run Across My Heart And If I Close My Eyes, I Can Hear The Rush And The Rustle Of Their Tiny Dry Bodies Scurrying Through Me, 2003

production : La Criée, centre d’art contemporain, Rennes

photo : Benoît Mauras

rondinone_02_gd-2

Ugo Rondinone, A Spider. A Spider Is Running Across My Heart And Then Another. Spiders Run Across My Heart And If I Close My Eyes, I Can Hear The Rush And The Rustle Of Their Tiny Dry Bodies Scurrying Through Me, 2003

production : La Criée, centre d’art contemporain, Rennes

photo : Benoît Mauras

rondinone_18-2

Ugo Rondinone, A Spider. A Spider Is Running Across My Heart And Then Another. Spiders Run Across My Heart And If I Close My Eyes, I Can Hear The Rush And The Rustle Of Their Tiny Dry Bodies Scurrying Through Me, 2003

production : La Criée, centre d’art contemporain, Rennes

photo : Benoît Mauras

rondinone_19-2

Ugo Rondinone, A Spider. A Spider Is Running Across My Heart And Then Another. Spiders Run Across My Heart And If I Close My Eyes, I Can Hear The Rush And The Rustle Of Their Tiny Dry Bodies Scurrying Through Me, 2003

production : La Criée, centre d’art contemporain, Rennes

photo : Benoît Mauras

rondinone_20-2

Ugo Rondinone, A Spider. A Spider Is Running Across My Heart And Then Another. Spiders Run Across My Heart And If I Close My Eyes, I Can Hear The Rush And The Rustle Of Their Tiny Dry Bodies Scurrying Through Me, 2003

production : La Criée, centre d’art contemporain, Rennes

photo : Benoît Mauras

A Spider. A Spider Is Running Across My Heart And Then Another. Spiders Run Across My Heart And If I Close My Eyes, I Can Hear The Rush And The Rustle Of Their Tiny Dry Bodies Scurrying Through Me, 2003

6 vidéoprojections, cd-audio, plexiglas, tubes fluorescents, gélatine rouge

À l’occasion du festival Mettre en Scène, Edition Spéciale, Ugo Rondinone a été invité à investir quatre espaces d’exposition à Rennes : la Galerie du TNB, la Galerie Art & Essai, le toit de la salle de concert l’UBU et le centre d’art La Criée. Les installations permettaient de découvrir la diversité de son univers et la large étendue de son vocabulaire formel (vidéo, photographie, peinture, installation…). Au centre d’art, le visiteur était invité à se plonger et s’abandonner dans un monde onirique et troublant. L’installation se composait de six vidéoprojections enchâssées dans des cadres noirs, d’un faux plafond en plexiglas qui irradiait l’espace d’une lumière rouge, et dans lequel était diffusé une bande sonore en boucles de 30 secondes d’un aria interprété par Cécilia Bartoli. Sur les murs deux séquences d’images se succédaient : un homme et une femme apparaissant simultanément sur des écrans différents, et de longs travellings avant sur des voies de chemins de fer. Les jeux de répétitions, de déplacements et de décalages des images, le ralenti, la musique lancinante, venaient perturber l’espace et induisaient une perte de repères par une distorsion du temps et de l’espace.

« J’ai inventé tout cela dans l’espoir que cela me consolerait, m’aiderait à poursuivre, me permettrait de me considérer comme un voyageur à un point de sa route, entre un début et une fin, gagnant du terrain, se perdant, mais finissant tant bien que mal, à la longue, par avancer. Mensonges que tout cela. » Samuel Beckett Sans début, ni fin, A Spider… demeure une histoire à construire, une succession de scènes dont le fil conducteur se tisse dans « le hors-cadre ». L’espace noir entre les écrans constitue le champ des « possibles », espace vide dans lequel la pensée retrouve sa liberté d’intervention. A l’inverse, à l’intérieur des écrans les personnages sont enfermés, tournent en rond, évoluent dans des allers et venues incessants mais ne se rencontrent jamais, les trains ne mènent nulle part… Tous ces éléments font que très souvent on a relié le travail d’Ugo Rondinone à l’œuvre de Samuel Beckett. En effet, l’errance, la vacuité, le banal, le temps humain, la solitude, la présence des personnages dans l’espace sont des thèmes récurrents chez l’auteur. Une des spécificités du travail d’Ugo Rondinone tient en la répétition et la réinterprétation de ses œuvres, puisqu’une même série de vidéos peut être présentée soit sous la forme de vidéoprojections dans un environnement spécifique, soit intégrer une installation avec des moniteurs (Roundelay, 2003 et Clockwork for Oracles, 2004). Cette caractéristique révèle la place qu’il accorde au spectateur, à sa perception de l’espace et de l’image selon le dispositif mis en place. A Spider… s’articule autour de la construction d’un espace scénique (rappelant la salle de théâtre, d’opéra, ou de cinéma), mais dans lequel le spectateur-voyageur se retrouve immergé.

Alexandra Gillet


rondinone_10

Exposition

Ugo Rondinone

du 5 novembre au 27 décembre 2003

Campy_Vampy_Tacky_01-4

Exposition

Campy Vampy Tacky

Charles Atlas, Leigh Bowery, Brice Dellsperger, Takashi Ito, Michel Journiac, Sarah Lucas, Ugo Rondinone, Francesco Vezzoli, Terre Thaemlitz, Alain Buffard, Jack Smith, Sabine Prokhoris, Matthieu Doze et Simon Hecquet

du 21 mars au 27 avril 2002

Livret d'exposition

Campy Vampy Tacky

Charles Atlas, Leigh Bowery, Alain Buffard, Brice Dellsperger, Takashi Ito, Michel Journiac, Sarah Lucas, Ugo Rondinone, Jack Smith, Terre Thaemlitz, Francesco Vezzoli

2002