Thomas_Gaugain_Rennes_Babylone

Thomas Gaugain, Rennes Babylone, ruban en soie noire, épingles et toile de lin, 2022

photo_Thomas_Gaugain

Thomas Gaugain, essais de teintures végétales pour le projet Rennes Babylone, mai 2022

Gaugain_porcelaine_2019

Thomas Gaugain, (…) (…), 2019

21 × 25 × 0,5 cm, porcelaine papier cuisson haute température, feutre d’asclépiade de syrie, dentelle à l’aiguille, fil de coton

2022_ThomasGaugain_dsc_0700

Thomas Gaugain, Survivance ordinaire, 2022

impression sur papier, 2 rubans en soie, 46 clous, dans une boite en carton, 12 × 12 × 3,5 cm

production : La Criée centre d’art contemporain, avec le soutien de la Région Bretagne dans le cadre du dispositif « Contre vents et marées » en collaboration avec a.c.b – art contemporain en Bretagne.

Résidence

Rennes Babylone

Thomas Gaugain

centre pénitentiaire pour femmes de Rennes


À l’occasion de son cycle artistique Lili, la rozell et le marimba, La Criée invite l’artiste Thomas Gaugain pour la production d’un multiple puis d’un projet de résidence de création autour des gestes du vernaculaire, au centre pénitentiaire pour femmes de Rennes de mai à juillet 2022.

Thomas Gaugain s’est formé à l’ébénisterie, puis à la technique de la dentelle et de la broderie, avant d’être diplômé de l’École européenne supérieur d’art de Bretagne. Son parcours l’a amené à réinterpréter les gestes et les pratiques artisanaux pour produire des œuvres aux techniques et matériaux mixtes.

Pour le centre pénitentiaire pour femmes de Rennes, il envisage le tournage d’un film explorant le potentiel fictionnel des objets, et en particulier textiles : Cela serait un condensé du rôle de scénariste, de costumier·e et de vidéaste, puisque la proposition tient dans ces trois activités. Il s’agirait de composer dans un premier temps une histoire collective, à partir de textes, de documentaires sur le textile, d’histoires personnelles, d’actualités, de faits divers, de rêves… dans un ton assez loufoque et décalé. De ce scénario découlerait un certain nombre d’objets qui donnerait un contexte/décors/costumes où nous joueront les rôles des personnages inventé·es, où le film donnerait lieu de restitution. Ce serait l’occasion de transmettre des techniques textiles que j’ai apprises, pour que les détenues puissent se les approprier, mais également d’observer les liens et les échanges qu’il y a entre les Faits et le faire. (Note d’intention de l’artiste Thomas Gaugain)

 



2022_ThomasGaugain_dsc_0700

Œuvres produites

Thomas Gaugain

  • Survivance ordinaire, 2022