Khaled Belaïd

né en 1974
vit et travaille à Bab El Oued, Algérie


belaid_01-2

Khaled Belaïd, Sans titre, 2002 – 2003

triptyque photographique en couleur contrecollé sur Dibond

production : La Criée centre d’art contemporain, Rennes

belaid_02

Khaled Belaïd, Sans titre, 2002 – 2003

triptyque photographique en couleur contrecollé sur Dibond

production : La Criée centre d’art contemporain, Rennes

belaid_03

Khaled Belaïd, Sans titre, 2002 – 2003

triptyque photographique en couleur contrecollé sur Dibond

production : La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Sans titre, 2002 – 2003

Sans titre, (Casbah d’Alger), 5 Triptyques photographiques
en couleur contrecollés sur Dibond, 24 x 108 cm
Sans titre, (Vie quotidienne), 6 triptyques photographiques
en couleur contrecollés sur Dibond, 24 x 108 cm
Sans titre, (Vie quotidienne), 1 triptyque photographique
en couleur contrecollé sur Dibond, 42 x 189 cm
Sans titre, (Bab-el-Oued), 7 triptyques photographiques
en couleur contrecollés sur Dibond, 24 x 108 cm

Sans titre est une œuvre constituée d’une frise de triptyques photographiques. De petits formats, en noir et blanc ou en couleur, les photographies sont juxtaposées les unes aux autres sans volonté de hiérarchisation. Paysages naturels ou urbains, portraits, natures mortes, vues de bâtiments détruits, les images représentent des scènes de vies collectives et des plans rapprochés de détails du quotidien à Alger, réalisés dans le quartier populaire de Bal-El-Oued où réside l’artiste.

Les séries photographiques de Khaled Belaïd traduisent la dimension sociale et culturelle de la vie à Alger. L’articulation des photographies construit un journal visuel de situations vécues, associées à des événements plus difficiles, liés au contexte politique et économique actuel du pays. Emotions, tendresses et vulnérabilités, les prises de vues reflètent des conditions et des modes d’existence, des événements heureux et douloureux. Khaled Belaïd met en jeu un bagage personnel et culturel. Natures mortes, vaisselles, nourritures, sont synonymes de rassemblements collectifs, chaleureux et festifs. Les objets, les parfums et bougies, les fleurs ou encore les tentures sont une évocation des transmissions filiales, familiales, retraçant traditions et valeurs. Les mises en scène présentent un décor semblable à des natures mortes, non sans similitude avec celles propre au champ pictural figuratif. Traitées dans une lumière naturelle douce, ces natures mortes génèrent une atmosphère tamisée, presque nostalgique. Pas d’arrière plan, le sujet disparaît au profit de motifs symboliques, culturels ou énigmatiques. Les images s’en font plus prégnantes et insistantes. La démarche de l’artiste n’est pas motivée par un quelconque souci de mimétisme. Les images fonctionnent en vase communicant par métaphores. Ce qui transparaît, c’est un état latent, provoqué par la lumière feutrée et filtrée de ces ambiances intimistes. Cette approche tient également dans la disposition et la dichotomie des images entre elles : tout en rupture, contraste et continuité.

Fanny Poussier, « Souci de l’autre et don de soi », Ouvertures algériennes, créations vivantes, catalogue de l’exposition, La Criée centre d’art contemporain, Rennes, 2003


ouverturesalgeriennes_01

Exposition

Ouvertures algériennes, créations vivantes

Kader Attia, Khaled Belaïd, Farid Redouani, Samira Sahnoun et Zineb Sedira

du 12 juin au 14 août 2003

Catalogue

Ouvertures Algériennes, Créations Vivantes

Kader Attia, Khaled Belaïd, Farid Redouani, Samira Sahnoun, Zineb Sedira

2003

DSC03697montagne

Exposition

L’ombre, le reflet, l’écho

Isabelle Arthuis, Khaled Belaïd, Madeleine Bernardin-Zeyen, Eric Deroost, Nikolas Fouré, Klaus Fruchtnis, Jérôme Gras, Denis Hérault, Marin Kasimir, Angélique Lecaille, Marc Loyon, Claire Le Breton, Benoit-Marie Moriceau, Alain Roux, Yvan Salomone, Jean-Michel Sanejouand, Mathilde Seguin, Yann Serandour, Hervé Télémaque, Flavien Théry et Sébastien Vonier

du 23 octobre au 22 novembre 2009